Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

VISIOSCENE Octobre 2007, Motordu…

L’école du rire, de PEF. Mise en scène : Bruno Denecker. Avec Bruno Denecker, Esther Barale, David Weiss.

Le Prince de Motordu et sa princesse Dézécolle sont réveillés en pleine nuit par des bruits étranges venant des murs. Armé de son seul courage, le Prince fait le tour du château pour trouver l’origine de ce vacarme. Il tombe nez à nez avec son le fantôme de son aïeul.

Aux côtés de sa femme, la Princesse Dézécolle, qui est institutrice dans une école publique, gratuite et obligatoire, le Prince de Motordu mène la belle vie dans son chapeau. D’autant que son épouse le soigne de ces mots tordus. Et, il ne s'ennuie jamais l'hiver, il fait des batailles de poules de neiges, le soir il joue aux tartes et quand il fait beau, il vogue sur son râteau à voiles. Un soir, tous deux sont réveillés par des poux dans le mur. Pour rassurer sa belle, le Prince inspecte son chapeau de fond en comble. Là, dans le grenier, il se retrouve en face du spectre de son ancêtre, le chevalier de la Motte-Ordure. Le personnage du Prince de Motordu est récurrent dans les publications de Pierre Elie Ferrier, dit PEF. Attachant aussi. Et comme l’ensemble des héros du dessinateur, le Prince est un personnage fantasque et haut en couleurs. Dans sa mise en scène, Bruno Denecker applique ce principe à la lettre. C’est le cas de le dire. Avec des chants, des jeux de mots, et beaucoup de fantaisie visuelle, le spectacle se veut d’abord à la portée des plus jeunes. Mais les adultes retombent volontiers en enfance. Le décor et les costumes sont bariolés, fouillés, les musiques entraînantes. Ajoutez à cela l’énergie débordante des comédiens et leur contagieuse bonne humeur et vous obtenez une décoction tordante et didactique, aux effets euphorisants prolongés. R.V.

 

PARISCOPE 31 octobre 2007, au théâtre Rive Gauche

Une belle lisse poire

Les aventures du prince de Motordu en spectacle, quelle idée ! Eh bien oui, les textes de Pef, mis en scène par Bruno Denecker, ça le fait ! Mais attention, il est recommandé de parler le même langage… Et ça les enfants le savent bien. Explications : Le prince de Motordu et la pricesse Dézécolle sont réveillés à l’audition de poux dans le mur. Qu’à cela ne tienne, après avoir enfilé sa rose de chambre, le prince empoigne un chaton et part à la recherche du rôdeur du chapeau. Mais quelle surprise quand il découvre que ce n’est pas autre qu’un ancêtre venu hanter la demeure… Suit une série de situations cocasses à pourrir de rire servi par de bons comédiens.

A voir aux urgences !

Caroline Munsch

 

THE PLACE TO BE 19 décembre 2007, au théâtre Rive Gauche

Spectacle pour enfants : Motordu adapté pour le théâtre par Bruno Denecker

Le Prince de Motordu est un personnage de fiction de la littérature enfantine Française inventé par PEF en 1980. L’auteur illustre ses propres romans. Aujourd’hui, deux des nombreuses aventures de ce personnage attachant sont adaptées au théâtre.

Une nuit, le Prince de Motordu est sa Princesse Dézécolle sont réveillés. Blottis sous leur chouette, ils sont pétrifiés à l’audition de poux dans le mur. Le Prince se lève tout de blême et enfile sa rose de chambre. Muni de son chaton, il part dans les couloirs du chapeau où il rencontre dans le grenier un fantôme, qui n’est autre que son ancêtre descendant du grand arbre génialogique, le Chevalier de la Motte Ordure, mort empoissoné… Le Prince, la Princesse et leurs deux enfants, Nid de Koala et Marie-Parlotte sont très heureux d’avoir dans le chapeau, un ancêtre aussi important. Malheureusement, le Prince a pâle au ventre, c’est lapin dix huîtres et on doit l’emmener sur un lit à poulette…

Neuf personnages pour trois comédiens.

Les œuvres ont reçu l’autorisation de diffusion dans les écoles par les extincteurs de l’Éducation Nationale et les groseillers pédagogiques.

Ce que la rédaction en a pensé
Les histoires du Prince de Motordu est un souvenir d’enfance. Elles représentent la Madeleine de Proust de toute de la génération précédant celle d’Harry Potter. Le trentenaire est à la fois heureux d’aller voir l’adaptation théâtrale. Mais, il a peur aussi : est-ce que ce sera aussi bien que dans sa mémoire ? Sera-t-il déçu ?
Eh, bien ! Non !!! Le public adulte – fan ou pas de l’œuvre de PEF – est heureux de retrouver son héros aussi adorable qu’inattendu. Cela dit, le spectacle est destiné aux plus jeunes d’entre nous. Les petits bouts ont l’air de bien s’amuser tout au long de la représentation : ils participent allégrement à ce qui se déroule sous leurs yeux et corrigent les mots tordus des protagonistes qui réagissent formidablement à ce qui se passe dans la salle.

L’adaptation est remarquablement mise en scène car Bruno Denecker ne dénature pas l’œuvre originelle mais la complète. On peut juste lui reprocher une transition un peu étrange entre les deux aventures qu’il adapte. À titre informatif, il n’est pas nécessaire d’avoir lu les romans avant de découvrir le spectacle.
Les costumes et les décors sont tout à fait représentatifs – et donc respectent – l’univers déglingué du Prince et de sa Princesse.
Les trois comédiens débordent d’énergie et croient fermement à leurs personnages loufoques. Ce n’est que du bonheur !!!

 

L'AMUSE 21 novembre 2007, au théâtre Rive Gauche

 A voir sans hésiter, si vos enfants lisent ou ont lu ce best seller ! Dans la salle, le public est concentré, pour suivre les péripéties du prince de Motordu et de la princesse Dézécolle. Dès les premiers dialogues, on entend les parents chuchoter la traduction à l’intention de leur progéniture.

Leur tâche est facilitée, car le texte, en version intégrale, s’appuie sur de multiples clins d’œil visuels. Exemple : le prince et la princesse sont dans leur lit, blottis sous leur

 « chouette », c'est-à-dire un grand drap sur lequel est appliqué un motif avec une magnifique chouette.

Sur Scène, la gestuelle et les mimiques sont accentués, voir forcés, les accessoires démesurés, aux couleurs flash. On est indéniablement dans le domaine du burlesque, avec des gags destinés aux enfants comme aux parents !

 

EVENE.FR 3 décembre 2007, au théâtre Rive Gauche

Avis aux fans inconditionnels des formules alambiquées ou de jeux de mots rigolos, comme à ceux dont les dessins de Pef ont bercé l'enfance : 'La Belle Lisse Poire du prince de Motordu' est désormais visible en vrai ! Brûlant les planches d'un décor fouillé et d'un jeu coloré, le "Théâtre de la Sortie de secours" bidouille un spectacle de qualité qui réjouit les plus jeunes, les moyens et les aînés. Et pourtant ce n'était pas gagné de transposer l'histoire sur scène, tant la multitude des bizarreries de l'auteur sont graphiques ou orthographique. Entre un jeu de bouffon et des dizaines de trouvailles scénographiques farfelues, trois acteurs abordent la vie de "chapeau" en tambours et trompettes. Endossant tour à tour les neuf personnages des aventures de Pef, ils passent aisément du dialogue au récit, ne laissant rien au hasard ; ni les mots, ni les dessins croqués par l'auteur.
Dans cette mise en scène fraîche et joyeuse, Bruno Denecker a su saisir les drôleries et les anachronismes de Motordu, soulignant ce constant aller-retour entre le monde des princesses et celui d'aujourd'hui. En explorant le langage de l'auteur, nos trois compères font passer un sale quart d'heure à tous les codes de la représentation comme à ceux de la communication. Jouant à merveille du
break-dance ou de la marionnette, ils cherchent désespérément "lapin dix huîtres" qui fait "pâle au ventre" et le fantôme qui donne "des poux dans le mur". Avec une telle verve que cette oeuvre a reçu "l’autorisation de diffusion dans les écoles par les extincteurs de l’Education nationale et les groseillers pédagogiques". C'est vous dire s'il est recommandé d'y aller !

Elsa Mingot

 

LE MONDE DES ADOS 16 septembre 2008, au théâtre Rive Gauche

 Qui ne connaît pas les drôles de mots tordus imaginés par l’auteur et dessinateur Pef voilà déjà 28 ans ? Son héros, le prince de Motordu, déforme tous les mots : il a pâle au ventre, peut-être souffre t’il de lapin dix huîtres ? Il vit dans un beau chapeau avec sa femme la princesse Dézécolle et ses enfants, Nid de Koala et Marie Parlotte. Leurs aventures sont ici jouées et mises en cène par trois comédiens, qui assurent neuf personnages dans un spectacles vraiment tout public. F.R.

 

20 MINUTES 24 septembre 2008, au théâtre Rive Gauche

« Motordu »

Au pays du prince de Motordu, règnent les jeux de mots. Rébus, charades, devinettes fusent et se diffusent ans la bouche de personnages à la langue bien pendue. Bruno Denecker met en scène ce régal verbal, ce délire du dire, cette gymnastique du dyslexique. Barré et ludique.

TELERAMA 1eroctobre 2008, au théâtre Rive Gauche

Voici une adaptation amusante de deux textes d’un auteur jeunesse prolifique,  Pef : « Motordu et le fantôme du chapeau »  et « Motordu a pâIe au ventre ».

Très colorés, les costumes et les décors créent un univers de bande déssinée. Une manière facile de séduire les petits et de les entraîner dans les péripéties loufoques des « Motordu ». Cette famille s’exprime dans la langue de Pef, faite de mots déformés et qu’il a développée au contact des enfants, lors de leur apprentissage du langage. Mais les dialogues des personnages ne sont pas toujours faciles à comprendre tant les jeux de mots sont nombreux.

 

PARISCOPE 8 octobre 2008, au théâtre Rive Gauche

Les aventures du prince de Motordu ne lassent pas ! Voilà deux années consécutives que la pièce cartonne. . C’est au Rive Gauche qu’elle se produit actuellement. Un spectacle haut en couleurs, avec une distribution de choix car, comme vous le savez, il faut une sacrée diction pour jouer les textes de Pef. Nous nous retrouvons donc dans le chapeau du prince de Motordu avec la princesse Dézécolle où il se passe des drôles de choses… Des poux dans le mur, le fantôme du chapeau de la Motte Ordure, et pour finir notre prince atteint de lapin dix huîtres ! Que d’histoires ! Un très beau spectacle à pourrir de rire. C.M.

 

COURRIER PICARD 23 octobre 2008

Jeux de mots à s’en tordre de rire

Cette fois le succès était au rendez-vous : mardi soir à l’espace Mac-Orlan, près de deux cents personnes ont assisté à la pièce de théâtre inspirée du personnage de Pef, Motordu.

L’histoire truffée de jeux de mots se déroule dans le château du prince de Motordu et de la princesse Dézécolle. Ils sont réveillés par des bruits. Le prince découvre le fantôme d’un de ses illustres ancêtres, le chevallier de la Motte Ordure… Mille aventures inouïes attendent alors le couple.               
La compagnie Sortie de secours théâtre avait tous les atouts en main : jeu burlesque et très corporel, univers proche e la bande déssinée, costumes ingénieux, personnages époustoufla

 

PARISCOPE 9 avril 2008, au théâtre Michel Galabru

Folle nuit,

Une nuit le prince de Motordu et la princesse Dézécolle sont éveillés par un brouhaha affolant. Mais que se passe t’il dans le chapeau ? Après avoir enfilé sa rose de chambre, le prince part à la recherche de l’intrus responsable de cette cacophonie. Quelle surprise, c’est un fantôme égaré§ Pas n’importe quel fantôme, en consultant l’arbre généalogique, celui-ci a sa place auprès de son poussin germain, de Marie en Toilette, de l’oie de France qui un jour épousseta une princesse… Que du beau monde§ Une nuit remplie de péripéties s’annonce. Cette pièce est tout simplement géniale, les textes  de Pef sont fidèlement repris et la prestation des comédiens fait l

 

LE PARISIEN 28 juin 2008, au théâtre Rive Gauche

En famille

Jeux de mots tordus

Quoi de plus délicieux que de jouer sans limite avec le langage à la manière des enfants ! Embarquez pour un magnifique voyage dans le chapeau du prince de Motordu et de la princesse Dézécolle. Cachés sous leur chouette, le prince et la princesse sont pétrifiés à l’audition des poux dans le mur. Le prince se lève pour voir se qui se passe dans les couloirs du chapeau et le voilà parti pour une aventure inouïe, prétexte à des rencontres insolites. S’appuyant sur l’univers délirant de l’ auteur Pef, trois comédiens pleins d’entrain donnent vie à neuf personnages époustouflants. Avec des références à la BD, une kyrielle de mots tordus jonglant avec des modes e jeux différents, ce spectacle est à consommer sans modération aujourd’hui pour sa dernière représentation.

Olivia Peresson.

 

LE POINT 24 avril 2009, au théâtre Rive Gauche

Le prince de Motordu ** de Pef. Mise en scène de Bruno Denecker.

Avec Bruno Denecker, Viviane Fougereux, David Weiss. Dès 6 ans.

C'est une belle lisse poire, pour petites billes et petits glaçons : un prince et son épouse ont la satanée manie de tordre les mots, manie héritée de l'enfance, qui donne naissance à un langage déglingué. Pas simple de transposer I'univers de Pef à la scène. La compagnie Sortie de secours le fait bien. Trois comédiens pour neuf personnages, un univers cartoonesque à souhait, un décor aux couleurs pétaradantes fourmillant d'accessoires. On embarque avec le prince de Motordu, Ia princesse Dézécolle et leurs rejetons, Marie Parlotte et Nid de Koalas, pour deux aventures, « Motordu et le fantôme du chapeau «  et « Motordu a pâIe au ventre » . La seconde, nettement plus rythmée, joue mieux la carte burlesque, notamment dans une scène d'opération de «  Lapin dix huîtres »   absolument tordante. N. V. E.

 

DIRECT MATIN 27 avril 2009, au théâtre Rive Gauche

 Jeune public « MOTORDU » POUR PETITS GLACONS ET PETITES BILLES

Dans un chapeau vivent le prince de Motordu, la princesse Dézécolle et leurs deux enfants : un « glaçon », prénommé Nid de Koala, et « une bille », Marie Parlotte. Après avoir découvert un fantôme descendant de l’arbre « génialogique », le roi tombe « salade » à cause d’une crise « de lapin dix huîtres ». Ouf ! il est « mort » de danger. Bienvenue dans le monde farfelu de Pef, auteur de la belle lisse poire du prince de Motordu ! Le grand classique de la littérature enfantine est désormais visible au théâtre. Les plus jeunes adorent et les adultes tentent de suivre…

 

LA PROVENCE juillet 2009

Motordu à l’Albatros, Avignon off 2009

"Tu as vu il y a plus de grandes personnes que d’enfants" s’est inquiétée Marie, 8 ans, en attendant le début de la représentation de "Motordu". Mais dès l’apparition sur scène de David Weiss, Marie a su qu’elle avait fait le bon choix dans la "jungle" du Off.

Dans une mise en scène efficace, qu’il a lui même signé, Bruno Denecker, le prince de Motordu et Viviane Fougereux, la princesse Dézécolle, s’en donnent à cœur joie en jonglant avec les mots qu’ils tordent pour mieux éclater de rire. Les enfants qui ont baigné dans l’univers magique de Pef retrouvent avec plaisir cet univers merveilleux.
Et les "grands" ne manquent pas eux aussi de s’amuser dans ce spectacle où la seule note dissonante sera la scène d’opération de "lapin dix huîtres" qui traîne un peu en longueur. Mais le message passe. Pour preuve, s’il en fallait une, à la sortie Marie ne peut s’empêcher de dire qu’il faut penser "à acheter une blaguette de pain bien fuite pour le repas… sage !

Bruno Hurault

 

LE PARISIEN 10 février 2010, au Funambule Théâtre

Spectacle Motordu sur les planches

C’est la nuit au « chapeau » de Motordu. Bien au chaud sous la « chouette », le prince et son épouse, la princesse Dézécolle entendent soudain des « poux » dans le mur. Muni de sa lampe « à pet drôle », monsieur monte au grenier, tout tremblant, et y découvre un fantôme affamé… Ainsi débute « Motordu », le spectacle mis en scène  par Bruno Denecker d’après deux albums de Pef, « Motordu et le fantôme du chapeau et Motordu a pâle au ventre ». Créée a Paris fin 2007, la pièce vient de se poser au Funambule Montmartre avec ses beaux costumes colorés et sa collection de eux de mots savoureux. Dans la salle, les plus e 6 ans assurent la traduction simultanée, trop contents de montrer qu’ils ont compris les astuces, tandis que les plus petits rient davantage des gags visuels. Leur joie, lorsque le héros se fait opérer de « lapin dix huîtres » à grands coups de tronçonneuse, fait plaisir à voir.

Marie Sauvion

 

20 MINUTES 10 février 2010, au Funambule Théâtre

Les bons plans de 20 minutes

Il a bercé nos couchers avec ses lisses poires et ses inventions rigilotes. Le prince de Motordu, qui a quelque mal avec la langue française, revient mais en chair et en os. Bruno Denecker a choisi deux des ouvrages de Pef, Motordu et le fantôme du chapeau et Motordu a pâle au ventre et les a adaptés pour la scène en 2007. L’humour et l’inventivité, digne des meilleurs lapsus enfa ntins, sont toujours de mise dans ce spectacle. Pour petites billes et petits glaçons !

 

TF1

Au royaume de Motordu, on joue avec le mystère des mots, leur transformation à la lettre près, leur sens caché. Cela fait beaucoup rire, et pas que les enfants. A travers cette drôlerie, les enfants découvrent la beauté de la langue d’autant qu’elle s’accompagne de mimiques et de grimaces irrésistibles.

Haut en couleur, plein de poésie et d’humour, les mots et le burlesque servent aussi à désamorcer des peurs d’enfant ancestrales, celle du fantôme, de la piqûre et de l’opération.

Les comédiens respectent au mot près les textes de Pef, l’auteur des aventures du prince de Motordu, un texte étudié parfois à l’école, car pour les enfants c’est tellement plus séduisant qu’un manuel de vocabulaire.

 Anne Marie Blanchet,  le 13h TF1, l0 mars 2010 au Funambule Théâtre

 

TELEVISIONS :

DIRECT 8, janvier 2008

NRJ12, juin 2008

TF1, avril 2010, cliquez ici

GULLI TV, juin 2010, cliquez ici

 

 


 

Partager cette page

Repost 0
Published by